LE JOURNALCalendrierRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionAccueilFAQ

Partagez | 
 

 Nibelheim se lance à l'aventure

Aller en bas 
AuteurMessage
Nibelheim

avatar

Nombre de messages : 32
Guilde : Ragna Rocks
classe : Ecaflip
Date d'inscription : 10/01/2008

MessageSujet: Nibelheim se lance à l'aventure   Jeu 10 Jan - 18:30

Salutations à tous Wink

"Malgré l’incessant brouhaha qui régnait ce soir là dans la taverne de la confrérie des Ragna Rocks, et le balai permanent des différents membres de celle-ci, pas une seule fois, pas une seule, l’impressionnante chope de Nibelheim ne s’ébranla. Celle-ci trônait fièrement, telle une coupe de compétition, sur le rebord d’une épaisse table en chêne massif taillée par un bûcheron expérimenté. Son rebord vomissait avec lenteur quelques mousses visqueuses tandis que son intérieur dégageait une forte odeur de plantes brassées. Nibelheim la tenait solidement, comme si, et cela malgré l’absurdité de la scène, sa vie elle-même en dépendait. Ses petits doigts poilus fermement accrochés à la anse gravée de la chopine, l’Ecaflipette somnolait, la tête avachie maladroitement sur le bois lissé. Son visage plaqué contre la table, elle ne semblait plus tout à fait vivante, ni tout à fait morte, sa respiration était lente, parfois saccadée, mais jamais régulière. Ses grandes oreilles félines suivaient le mouvement de ses poumons, se levant quand ils se remplissaient, ou au contraire, se baissant une fois l’air expiré. C’était un étonnant spectacle que de voir cette étrange créature, dans la fleur de l’âge, cuvant amèrement son abus incontrôlé d’alcool de la veille.
Devant elle, la taverne s’activait, les anciens recevaient de nouveaux arrivants, le comptoir n’était jamais vide, ni jamais tout à fait plein, des gens entraient complètement ivres et ressortaient à coup de pied au derrière, certains Ragna Rockiens se préparaient pour quelques voyages périlleux, vérifiaient leurs sacs et affûtaient leurs armes, d’autres encore profitaient d’un certain calme pour préparer des fêtes à venir, ou bien pour perfectionner leurs métiers.
Il y avait en ce soir là une véritable ambiance emballée, et tout, tout ce qui pouvait bouger se déplaçait, sauf, bien entendu, Nibelheim elle-même.
« Hey, il serait temps de se lever Nib’ » S’exclama une voix grave semblant émaner de nulle part. La jeune Ecaflipette ne broncha pas pendant quelques secondes, puis, croyant avoir entendu quelque chose, celle-ci releva un tantinet la tête afin de s’exprimer. « Gneuhin ? » Marmonna-t-elle le plus lentement possible.
La voix lui répondit de plus belles « Espèce d’alcoolique, regarde dans quel état tu es, tu crois vraiment que c’est comme ça que tu vas nous aider hein ? ». Reprenant peu à peu ses esprits, Nibelheim essaya tant bien que mal de se relever, son regard était absent, et sous ses larges yeux aux pupilles orangées se dessinaient d’épaisses cernes de fatigue. Par un effort presque surécaflipien, Nibelheim eu la possibilité d’entrevoir son interlocuteur. Celui-ci se tenait debout devant elle, les bras croisés, il était grand, et d’une carrure impressionnante. La pilosité de sa tête était exagérée d’une manière telle qu’il était impossible d’un temps soit peu reconnaître son visage. Ayant alors reconnu celui auquel elle s’adressait, Nibelheim eut un sursaut de surprise « Ah…C’est toi Kat…Kat…Katsino c’est ça ? ».
Le Sadida (car c’en était un) soupira un long moment dans sa barbe, puis lui répondit avec patience et indulgence « oui, c’est bien moi, je suis d’ailleurs la même personne à qui tu as tiré les poils hier soir quand tu étais (plus) que joyeuse, je dirais.
-Oh, marmonna toujours aussi difficilement Nibelheim, je suis…euh…désolée ? » Mais Katsino ne répondit rien, il regarda l’Ecaflipette se relever comme elle pouvait, une main fermement ancrée sur sa pinte, l’autre se massant l’estomac dans un geste désespéré. D’un seul regard vacillant, elle embrassa la pièce où elle reconnu peu à peu certains protagonistes de la guilde, au fond, faisant quelques remarques désobligeantes à un Sram ennuyé, Shan, la meneuse, essayait tant bien que mal d’organiser une sortie.
« Ah, c’est déjà l’aube ?… » S’exclama pitoyablement la féline, sans trop convaincre son interlocuteur. « Oui, en fait, même, c’est l’aube depuis environs quinze heures » Répliqua le Sadida, tout en préparant ses affaires afin de suivre Shan dans ses aventures.
Soudain, un assourdissant bruit de métal emplit toute la pièce, Katsino, en se retournant, reçut au visage une épaisse masse de mousse, et quand, enfin, il réussit à l’enlever de son extravagante pilosité, il eu la surprise de voir la chope de Nibelheim écrasée sur le sol, déversant rapidement son contenu sur le sol de la taverne.
« Ah non ! Mon tapis ! » S’exclama Shan.
Nibelheim, quant à elle, s’était redressée totalement, les yeux écarquillés, son regard était celui d’une personne terrifiée, ses moustaches étaient hérissées d’une manière incroyable et sa truffe tremblait comme un feuille d’automne. Ce fût encore Katsino qui prit la parole, quelque peu inquiet de l’état de son amie. « Euh, Nib’ ? Tu vas bien ? ». Mais celle-ci ne répondit pas, son visage était pétrifié, et regardait intensément le soleil ayant déjà passé son Zénith.
« Je, je l’ai raté… » Bredouilla-t-elle aussi bien que sa bouche pâteuse pouvait lui permettre.
« Tu as raté quoi ? Demanda Katsi, interloqué.
-Je…J’ai raté… »
Nibelheim se leva d’un bond, vacilla, puis agita lentement sa longue queue rayée afin de la détendre. Sous le regard interrogateur de ses compagnons, la jeune féline bondit en dehors de la taverne, renversant sacs et autres tabourets. Dehors, le soleil l’aveugla, en effet, la journée était déjà bien entamée.
Se protégeant le visage avec bras afin d’éviter à ses yeux de se faire littéralement carboniser par les rayons aveuglants de l’astre, Nibelheim resta coi, sa bouche entrouverte, et mis toute son énergie à regarder la vallée qui se présentait devant elle, mais rien, rien ni personne ne semblait s’y trouver, si ce n’est quelques cor bacs interloqués, eux aussi, de l’originale scène.
Nibelheim poussa de toute sa rage un terrifiant chapelet de jurons Ecaflipiens.
La voyant s’affaler lentement sur le sol d’herbe grasse devant la taverne, Katsino vint la retrouver, puis la souleva de toute sa force, afin de la ramener contre son gré à l’intérieur. Nibelheim se débattit durant tout le trajet, frappant de ses griffes épaisses le dos musclé de son compagnon, mais celui-ci n’eu aucunement l’impression d’avoir une seule fois mal. Katsino, harassé par tant de rage, envoya Nibelheim dans l’immense canapé des Ragna Rocks, où elle s’affala théâtralement.
« Ahhhhhh, je vais mourir…je suis foutueeeee ».
Soudain, sans crier gare, un seau entier d’eau froide se répandit sur son corps entier.
« Ah non ! Pas mon canapé ! » S’exclama à nouveau Shan.
Nibelheim hurla, se débattit et hérissa sa fourrure entière, ses griffes sorties, elle grimpa aux rideaux, déchira le papier peint et sauta sur le lustre avant de se retrouver, on ne sait pourquoi, dans la chevelure abondante du Sadida. Ce dernier, sa patience à bout, l’attrapa machinalement et la secoua abondamment devant lui telle une poupée de chiffon.
« Bon, tu vas parler maintenant ! Qu’est-ce qu’il t’arrive ? » Nibelheim, choquée, ne répondit pas tout de suite, mais devant l’insistance de son compagnon, déverrouilla ses lèvres : « J’attendais un éditeur, un grand éditeur de Bonta…il a dû venir et puis…je l’ai ratée, pauvre de moi, je suis foutue, je veux mourir » Dans un sanglot étouffé, Nibelheim se retrouva lancée à pleine vitesse dans le sofa.
« Et c’est pour ça que tu fais tout ce cinéma de greffier depuis tout à l’heure ?
-Euh….vi ?
-Ahhhh je vais la tuer ! » Mais Katsino se retint toutefois de lui enfoncer son épais bâton clouté dans son crâne de chat. Puis, pris de pitié pour la demoiselle, il adopta un ton plus doux et compréhensif « Eh bien, ce n’est pas grave, tu n’as qu’à le rappeler.
-Oui, mais il ne reviendra que dans un an ! Ces éditeurs d’Astrub sont de vrais bworks ! » C’est alors que le Sram, resté longtemps dans sa torpeur, et qui se prénommait Velhyr, vint à leur rencontre, fredonnant un air local. « hm hm, pardonnez moi de vous déranger mais… J’ai surpris votre conversation, or, hm…comment dire…Fit-il, en s’adressant à Nibelheim, ton éditeur là, cela n’était point un grand type chauve, avec de la barbe ? L’air méchant, tellement méchant d’ailleurs que…enfin…Il était difficile de ne pas lui lancer un piège ?
-Hein ?
-Non rien…enfin, disons que je pense que tu devrais t’adresser à un autre, celui là me paraissait un peu trop louche… » Puis il s’en fût, sans dire mot, continuant à marmonner.
Katsino regarda son ami s’en aller un instant, puis leva les épaules en signe de dépit « Mais pourquoi voulais-tu un Et-Dit-t’heure ? Tu sais, il y a une horloge ici.
- Mais ? Un éditeur ne dit pas l’heure, il édite !
-C’est bien ce que je dis, il est dit l’heure.
-Non, il édite des livres !
-Oh, c’est trop compliqué pour moi, je vais dormir » Sur ce, et sans autre forme de procès, le Sadida se lança en quête d’un bon endroit où somnoler, laissant Nibelheim à son malheur. Mais celle-ci n’eut point le temps de finir seule sur son canapé, car déjà elle hurlait à nouveau de terreur.
« Non Shan ! Ne touche pas à ça ! » Shan, l’Eniripsa, s’était faufilée largement aidée par sa petite taille, afin d’adroitement fouiller dans le sac de l’Ecaflipette. Celle-ci s’était assise à côté d’elle parcourant avec avidité les parchemins de Nibelheim, une pipe à bulles à la bouche, une fausse moustache sous le nez, et d’épaisses lunettes sur les yeux.
« Ma, cé qué cé pas mal toussé ! » S’exclama-t-elle, avec un faux accent du sud d’Amakna. Nibelheim lui arracha de rage tout son déguisement, ainsi que la précieuse feuille. « Ma, mé perché ?
-Parce que ce sont MES écrits, je touche à ta poudre d’Eniripsa moi ?
-T’as pas intérêt, fit Shan, fronçant les sourcils.
-Eh bien voila, les écrits, c’est personnel, personne n’a le droit de les lires.
-Et tu voulais les faire éditer pourquoi ? Pour que les gens achètent le livre et le mettent rapidement dans leur bibliothèque Astrubienne ? » Shan se releva d’un bond, puis, grâce à ses petits bras qui répandaient partout une scintillante poudre salvatrice, elle tapa fermement dans le ventre de la féline.
« C’est très bien c’que t’écrit ma petite, quelques fautes, sans plus, mais moi, j’ai bien aimée.
-C’est vrai ? S’interloqua Nibelheim.
-Bien sûr que c’est vrai ! Tu crois que je dis ça pour te faire plaisir ? Tu sais très bien que cela ne me ressemble pas ! » Shan paraissait sincère, et cela toucha profondément Nibelheim. Elle prit alors son parchemin dans les mains, et le relu lentement, mais son sourire s’effaça lentement. « Non, c’est vraiment trop nul » Marmonna-t-elle.
Soudain, sa joue rencontra une petite main musclée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ragna-rocks.crazyfruits.net
Nibelheim

avatar

Nombre de messages : 32
Guilde : Ragna Rocks
classe : Ecaflip
Date d'inscription : 10/01/2008

MessageSujet: Re: Nibelheim se lance à l'aventure   Jeu 10 Jan - 18:32

« Aïe ! » S’écria-t-elle.
« Y’a pas de aïe qui tienne ici ! Fit l’Eniripsa, si je te prends encore à te descendre pareillement, je te fais ta fête ! Et je sais m’y prendre avec les gens de ton espèce.
-Mais je n’aime pas ce que j’écris, c’est comme ça… » Nibelheim fit une mou pitoyable, puis regarda lentement le soleil « bon, j’ai encore un an pour écrire un nouveau parchemin et m’améliorer… » C’est alors qu’une autre claque eniripsienne fendit l’air et alla s’écraser sur la joue déjà rougeoyante de Nibelheim. Celle-ci se leva de colère, et regarda l’Eniripsa dans les yeux « Pourquoi tu m’as encore frappé ?!
-Parce que tu es une sotte !
-Redis ça pour voir. »
Soudain, l’Eniripsa sorti d’on ne sait où un magnifique chapeau feudala, ainsi qu’une baguette inconnue à Nibelheim, mais qui semblait des plus abusay. Son corps fût parcouru d’éclairs magiques et son visage prit une expression perverse.
« -Oui bon, j’ai compris. »
Redevenue totalement normale, Shan, toujours le sourire aux lèvres, leva devant la truffe de Nibelheim un index fin et aux lignes harmonieuses. « Surtout, ne bouge pas de là tête de mule » Ordonna-t-elle dans un petit rire. L’Ecaflipette regarda son amie tourner les talons et partir dans une autre pièce, on entendit quelques bruits sourds et des exclamations venant d’à côté, Shan semblait déterminée à trouver quelque chose, mais avait apparemment quelques soucis de rangement. Alors que Nibelheim rangeait soigneusement ses parchemins dans son sac, Shan refit son apparition arrivée de nulle part, ce qui fit sursauter nos héroïne.
« Le voila ! » S’exclama la meneuse, brandissant un parchemin rongé par les rats, sa main recouverte de toiles d’araignées « Je savais bien que je l’avais mise quelque part.
-Qu’est-ce que c’est ?
-C’est une annonce. Ricana fièrement Shan.
-Une annonce de quoi ? » Les yeux de Nibelheim se plissèrent un peu pour mieux lire ce qui était écrit sur le parchemin, mais au moment même où elle cru reconnaître le sceau de l’expéditeur, Shan l’arracha de son champ de vision. « Tut tut tut » fit Shan, bougeant son index de gauche à droite « Je ne te montrerais ce parchemin que si, seulement si, tu me promets de tout faire pour publier.
-C’est en rapport avec ce que j’écris ?
-Bien sûr tête de linotte ! Pourquoi ? Tu pensais que je t’emmenais une annonce pour recherche de chats de gouttière dans les égouts de Bonta ? Bon, tu promets ?
-Hm…
-Tu promets ?!
-D‘accord ! D‘accord ! » Shan laissa un instant planer le doute, puis, les yeux fermés de fierté, tendis d’un geste théâtral la longue feuille enroulée. Nibelheim la parcouru du regard avant de la prendre des mains de sa meneuse. Le papier était tendre et usé, elle lu les premières lignes, puis, soudain interloquée, regarda en biais Shan.
« Euh, tu es sûre que c’est une annonce pour moi ? » Demanda-t-elle, quelque peu gênée. Shan attrapa avec vivacité le bout de papier, puis se mit à le lire en diagonale. Une expression d’horreur traversa son visage, elle partit en courant dans l’autre pièce, et ramena un autre parchemin, encore plus usé que le premier. « Euh, ce n’était pas le bon, tu oublies ce que tu as lue.
-Oh, je vois ».
Nibelheim reprit donc sa lecture, plutôt curieuse de ce qui pouvait bien l’attendre, malgré son air dépité de tous les jours, elles semblait plutôt heureuse d’avoir enfin la possibilité de trouver un travail dans son art.
« L’Empreinte du Craqueleur ! » S’exclama-t-elle « tu voudrais que je postule pour entrer dans le journal ?!
-Tout à fait, je pense que c’est exactement ce qu’il te faut » Nibelheim réfléchit un instant, en effet, le parchemin était bien une annonce de l’Empreinte du Craqueleur recherchant des personnes motivées afin de participer à la rédaction des prochains numéros. Durant un instant, elle repensa à ses divers projets de livres, son envie de parcourir le monde afin de rencontrer des gens, et cette idée de Shan lui semblait ouvrir bien des portes. Mais, serait-elle acceptée ? Aurait-elle le courage de se lancer dans l’aventure ? Perdue sans ses pensées, la jeune féline repensa à son passé. On l’avait appelée Nibelheim, qui voulait dire « Pays glacé des brumes » dans sa langue maternelle des pays du nord d’Amakna, car elle était grise comme le brouillard d’hiver, et son caractère aussi froid et absent que les sentiers givrés. Cette opportunité, qu’elle avait devant elle, était peut-être le signe de son envie de maturité afin qu’enfin elle soit reconnue, non plus comme une flemmarde alcoolique, mais comme une véritable aventurière.
Son regard prit un air satisfait. Une claque fendit l’air.
« Hé ! Réveille toi un peu, tu es très loin encore de pouvoir te reposer sur tes lauriers ! » Shan s’agitait à côté d’elle comme une puce « Tu vas me faire le plaisir d’aller te présenter directement dans leur bâtiment administratif, afin qu’ils puissent jauger tes compétences.
-Mais…
-Tu as promis Nib’ ! Et pis, ça serait bien pour la guilde, tu vois, on est pas nombreux alors…enfin…
-D’accord c‘est bon, j‘ai compris… »
Nibelheim se leva d’un bond, et lança son poing au ciel sous le regard dépité de Shan « Prend garde Empreinte du Craqueleur ! Je viens te voir ! ».

Quelques jours plus tard, Nibelheim arriva, seule, devant l’architecturale entrée de la rédaction de l’Empreinte du Craqueleur. Elle vérifia maintes fois si ses parchemins étaient présents, si ses bières n’étaient pas cassées, et si son argent était toujours dans sa bourse. Son cœur battait la chamade, le ventre encore souffrant, elle se décida finalement de pousser la porte d’entrée du bâtiment pour ne pas rester bêtement plantée devant la poignée. L’intérieur semblait chaud et réconfortant, bien que la décoration soit entièrement faite de teintes de gris. Mais le plus étonnant, sûrement, fût la présence d’un Craqueleur assoupi derrière un bureau, les pieds posés sur ce dernier, une casquette de vigile sur la tête. « Ah oui, forcément » commenta Nibelheim. Cette dernière fit quelques pas, peu décidée et encline à parler au colosse. Mais ses bruits de pas, malgré leurs félinité, réveillèrent le sommeil léger du vigile. Ce dernier la regarda posément, puis, d’un geste souple, alluma une cigarette aux herbes de la milifutaie.
« Bonjour, bredouilla l’Ecaflipette, euh…Jean-Pierre ?
-Oui, je vois que vous savez lire sur les badges. Sa voix était grave, caverneuse, normal pour un Craqueleur.
-Hm…pardonnez moi mais, je cherche euh…Les toilettes ?
-Ah…Vous êtes encore une de ces auteurs timides qui n’osent pas dire que vous venez pour postuler à la rédaction, vous savez, j’en ai pas l’ai comme ça, mais je ne mange pas les chats.
-Ah…Euh oui c’est très bien euh…oui oui…c’est ça les toilettes de la rédaction.
-Prenez à droite, montez les escaliers, et vous y serez.
-Merci… » Nibelheim fit un sourire gêné, le Craqueleur, malgré son visage impassible, semblait se forcer de faire de même. « Si elle savait combien de fois on m’a fait le coup des toilettes, ils ont peur de moi ou quoi ces gens ? » Marmonna le vigile, regardant notre héroïne s’en aller d’une démarche chaloupée.
Nibelheim emprunta l’escalier, puis trouva une nouvelle porte, celle-ci possédait un panneau indicateur « Rédaction du journal / Réception des postulants ». Puis elle mit sa main sur la poignée, et la tourna lentement. Son aventure allait pouvoir commencer, qu’elle reçoive un refus de la part du journal, ou non, sa vie allait prendre un nouveau tournant (un peu moins alcoolisé).

Quelques jours plus tard, Nibelheim arriva, seule, devant l’architecturale entrée de la rédaction de l’Empreinte du Craqueleur. Elle vérifia maintes fois si ses parchemins étaient présents, si ses bières n’étaient pas cassées, et si son argent était toujours dans sa bourse. Son cœur battait la chamade, le ventre encore souffrant, elle se décida finalement de pousser la porte d’entrée du bâtiment pour ne pas rester bêtement plantée devant la poignée. L’intérieur semblait chaud et réconfortant, bien que la décoration soit entièrement faite de teintes de gris. Mais le plus étonnant, sûrement, fût la présence d’un Craqueleur assoupi derrière un bureau, les pieds posés sur ce dernier, une casquette de vigile sur la tête. « Ah oui, forcément » commenta Nibelheim. Cette dernière fit quelques pas, peu décidée et encline à parler au colosse. Mais ses bruits de pas, malgré leurs félinité, réveillèrent le sommeil léger du vigile. Ce dernier la regarda posément, puis, d’un geste souple, alluma une cigarette aux herbes de la milifutaie.
« Bonjour, bredouilla l’Ecaflipette, euh…Jean-Pierre ?
-Oui, je vois que vous savez lire sur les badges. Sa voix était grave, caverneuse, normal pour un Craqueleur.
-Hm…pardonnez moi mais, je cherche euh…Les toilettes ?
-Ah…Vous êtes encore une de ces auteurs timides qui n’osent pas dire que vous venez pour postuler à la rédaction, vous savez, j’en ai pas l’ai comme ça, mais je ne mange pas les chats.
-Ah…Euh oui c’est très bien euh…oui oui…c’est ça les toilettes de la rédaction.
-Prenez à droite, montez les escaliers, et vous y serez.
-Merci… » Nibelheim fit un sourire gêné, le Craqueleur, malgré son visage impassible, semblait se forcer de faire de même. « Si elle savait combien de fois on m’a fait le coup des toilettes, ils ont peur de moi ou quoi ces gens ? » Marmonna le vigile, regardant notre héroïne s’en aller d’une démarche chaloupée.
Nibelheim emprunta l’escalier, puis trouva une nouvelle porte, celle-ci possédait un panneau indicateur « Rédaction du journal / Réception des postulants ». Puis elle mit sa main sur la poignée, et la tourna lentement. Son aventure allait pouvoir commencer, qu’elle reçoive un refus de la part du journal, ou non, sa vie allait prendre un nouveau tournant (un peu moins alcoolisé)."

Voila pour ma petite histoire, pour la présentation rapide, je suis un homme (désolé messieurs), et je joue à Dofus depuis un certain temps maintenant (en fait, je connais ce jeu depuis sa sortie, mais je ne m'y suis jamais vraiment aventuré). Je fais une écaflipette nommée Nibelheim, comme vous avez pu le remarquer, associale, alcoolique et maladroite, elle ne rêve que d'une seule chose, devenir quelqu'un de par ses écrits, et permettre à sa guilde d'être reconnue à travers le monde d'Amakna.
J'ai toujours trouvé l'idée de l'empreinte du craqueleur trés intéressante (j'ai d'ailleurs rencontré Tuk Teufti sous le pseudo Niflheim), et finalement, voulant devenir plus tard écrivain, je me suis dit que cela me ferait vraiment plaisir si je pouvais rédiger quelques articles parmis vous afin de vous aider dans votre vertueuse entreprise (le texte ci-dessus est une représentation Dofusienne de ma vie, si l'on veut).
Je fais aussi quelques dessins, rien de bien folichon mais je pourrais vous montrer deux ou trois croquis Smile
Je me débrouille aussi comme je peux en infographie (exemple, j'ai essayé de faire un design convenable à notre fofo des Ragna)
Je ne sait point trés bien où il serait possible que je me spécialise, j'aime beaucoup interviewer les gens, écrire des articles sur tels ou tels évènements, mais je suppose que tout cela, ce sera plus tard Wink

Je vous remercie d'avoir lu ma petite présentation et j'espère passer un agréable moment en votre compagnie si jamais je suis pris Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ragna-rocks.crazyfruits.net
Tuk-Teufti

avatar

Nombre de messages : 535
classe : Sacrieur
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Nibelheim se lance à l'aventure   Ven 11 Jan - 2:27

La porte s'ouvrit soudainement, sortant Tuk de sa séance d'acupuncture. Des clous d'une disaine de centimètres étaient plantés un peu partout sur son bras gauche.

Une écaflipette grisonante se présenta et commença a parler d'une annonce et de postulation...

L'ayant écouté attentivement, le sacrieur prit enfin la parole :
" Bonjour à toi et bienvenu sous la montagne. Je connais un peut les
Ragna Rocks et notament votre taverne !"

Il fit une moue. "En y pensant, il faudrait vraiment que j'y retourne pour demander la recette de cette fameuse bière au chocolat."

Il se leva et tout en s'aprochant, il tendit une main ensanglantée à Nibelheim.

"Viens avec moi, je vais te montrer ou t'installer" dit-il tout en l'ammenant vers la salle des stagiaire.

"Trouves-toi une place autour de la grande table et propose nous quelque chose. Tu as de quoi travailler au centre de la table, mais tu n'es pas cantonnée ici, tu peut te balader un peu dans les bureau, lire ce qu'il se prépare, discutrer avec les journalistes...
Tu peut travailler seule ou en équipe, avec un stagiaire ou un journaliste. Si tu produit d'ici deux mois quelque chose de publiable, nous le graverons, ainsi que ton nom sur une de ses portes.
Bon courage à toi !
"




HRP : Tu as acces à de nouvelles parties ou tu peut t'exprimer et faire tes preuves, content de te voir ici, à bientôt !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ravaljournal.1fr1.net
Nibelheim

avatar

Nombre de messages : 32
Guilde : Ragna Rocks
classe : Ecaflip
Date d'inscription : 10/01/2008

MessageSujet: Re: Nibelheim se lance à l'aventure   Ven 11 Jan - 3:51

Nibelheim se sentit totalement sotte devant la réaction du sacrieur. Elle le connaissait de nom, c’était Tuk-Teufti, le grand Tuk-Teufti, rédacteur en chef de l’empreinte du craqueleur ! Son cœur commença à battre la chamade. Elle écouta posément ce que Tuk avait à lui dire, apparemment, son récit l’avait poussé à la faire entrer chez les stagiaires. « Déjà ? » Se demanda l’Ecaflipette, interloquée. Elle profita d’un moment de silence pour poser une question au rédacteur.
« Alors ? Je suis déjà prise comme stagiaire ? Eh bien, je n’aurais jamais pensée une seule seconde que cela aurait été si rapide ! » Son regard pétillait d’impatience, enfin, elle avait la capacité de faire ses preuves, et enfin elle pourrait exprimer pleinement son art.
Quelques minutes plus tard, la jeune féline se retrouva à explorer les différents locaux du bâtiment, celui-ci était vaste et imposant, à l’intérieur, l’équipe de rédaction travaillait à son rythme, elle y découvrit des visages qu’elle n’avait jamais vus auparavant. Puis, après un petit tour d’horizon, elle s’assit à la table que lui avait présenté le sacrieur, et se mit à regarder les divers documents qui s’y trouvaient, sortit un parchemin et une plume, et trempa cette dernière dans l’encre noire.
« Bon, il faut que je trouve une idée maintenant… »

HRP: Eh bien je te remercie de ta réponse rapide et de mon adhésion aux stagiaires, je vais de ce pas m'atteler à un article (il faut déjà que je trouve un sujet, arf arf), et j'espère passer un agréable moment ici Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ragna-rocks.crazyfruits.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nibelheim se lance à l'aventure   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nibelheim se lance à l'aventure
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fabuleuse aventure du mage Bwork Grip Souh
» La suite des aventure de LeLapin - LeLapin à l'Elysée
» [Blog] Mon aventure
» La fin d'une aventure ...
» Pas vraiment une aventure, juste un petit fait divers.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empreinte Du Craqueleur :: L'Empreinte du Craqueleur :: La boîte aux lettres des Postulations-
Sauter vers: