LE JOURNALCalendrierRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionAccueilFAQ

Partagez | 
 

 Amour gloire et Xp dernier épisode.

Aller en bas 
AuteurMessage
Samus

avatar

Nombre de messages : 272
classe : Iop
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Amour gloire et Xp dernier épisode.   Mar 9 Oct - 0:48

Bon voilà, l'histire nétait pas finie, je vais donc la clore correctement. Je n'ai pas fini d'ecrire il me reste une dernière partie à faire. Vala ^^ En espérant que ça vous plaise:

Citation :
L'auteur tient à préciser que toute ressemblance avec des personnes réelles seraient bien entendu indépendante de sa volonté.

*Générique*

Amour, gloire et xp
Des mots qui font rêver
Ou être abusé,
Et donc, se faire lécher...

Amour, gloire et xp
Des marques de respect
No-life immodérés
Vous sentez vous visé?

Amour, gloire et xp...


L'épile Ogre.

Attention ce jeu de mot vaseux refléte le contenu du texte


Le ciel n’était qu’un point lointain au dessus de sa tête. Tête dans laquelle semblait tambouriner son cerveau, comme s’il voulait sortir de l’hideuse boite dont il était prisonnier. Imam-Nord soupira pour reprendre ses esprits et ses repères. Elle regarda autour d’elle et ne vit rien. Rien que du noir, un manche de pioche qui la regardait de travers, un cadavre et le rebord d’un chariot. Elle fronça les sourcils et rembobina sa vision, telle une cassette vidéo. Et elle retomba nez à nez avec le cadavre qui portait un clint poussiéreux.

« Hiiiiiiiiiiiii ! Un chafer ! » hurla t’elle en se débattant. La tête du mort se décrocha et roula.
Le chapeau désormais sur le crâne, Imam Nord se calma. Elle devait être dans une vieille mine désaffectée. Comment allait-elle sortir ? Le chariot commença à bouger. Puis, entraînée par son propre poids, dévala une pente sur ses rails. Imam hurlait de plus belle. Le wagon prenait énormément de vitesse. Essayant de garder son sang froid, elle tenta de freiner mais la poignée lui resta dans la main. Des mineurs regardèrent éberlués passer le chariot fou.

Virage à droite, virage à gauche… Imam remarqua qu’une partie de la voix s’était effondrée, et manque de pot, il y avait maintenant de la lave en dessous d’elle. Elle serra la mâchoire et les fesses. Heureusement, la vitesse la fit planer au dessus du vide et retomber sur les rails de l’autre côté. Le wagon menaça de dérailler, sautillant tantôt sur les roues de droite, puis celles de gauche. Finalement il se stabilisa. Le Clint, trop grand, retomba sur les yeux de l’enutrofette. Elle avançait à l’aveuglette, ce qui, entre nous, ne changeait pas grand-chose. Néanmoins elle estima que voir ce qu’il y avait devant elle était mieux, et remit son chapeau en arrière. Elle n’aurait pas dû…
Devant elle, la voix était barrée par des planches sur lesquelles était esquissé maladroitement avec de la peinture rouge une tête de mort agrémenté du message
« Danger ».

-----------------

Samuz venait de terminer la cérémonie de son cinquième mariage de la semaine. Elle se dirigeait lentement vers chez elle, plus anxieuse que d’habitude. Il faisait maintenant nuit et les ruelles d’Astrub avaient un air menaçant. On pouvait aisément imaginer un brigand caché dans l’ombre de chaque recoin. Mais Samuz n’avait pas assez d’imagination et de présence d’esprit pour ça. Non, elle était anxieuse pour une raison bien plus grave. Une personne, lors de la fête après la cérémonie, lui avait demandé combien de doigts elle avait à sa main droite. Une iopette normalement constituée serait, au minimum tombée dans les pommes, voir dans un coma profond en essayant de répondre à l’interrogation. Mais Samuz avait eu une réponse « intelligente » au tac au tac, lui rétorquant qu’elle en avait autant que lui. Elle avait tout de suite porté sa main à la bouche mais la phrase était dite. Faire preuve d’intelligence était vraiment honteux pour elle.

Un chacha renversa une poubelle et un chienchien aboya dans le lointain. Tout était trop calme. Une ombre passa furtivement derrière un réverbère à la lueur pâle, suivit par une chauve souris qui gobait des moustiques, mais ce détail n’est pas important pour la suite de l’histoire. La iopette fit quelques mètres. Trois personnes se profilèrent devant elle. Elle s’arrêta et bailla, dévoilant une dentition impeccable qui aurait fait pâlir d’envie les stars hollywoodiennes ou les promoteurs de dentifrice. Le plus grand du trio s’avança dans la lumière. Il portait un chapeau d’eca et était caché par un grand manteau, comme les pervers à la sortie des écoles. Et c’était bien un pervers. Samuz reconnu Clang-Clang qui se fendit d’un sourire.

« T’es foutue » se contenta t’il de dire.

Samuz fit semblant de réfléchir.
« Tu vas m’attaquer c’est ça ? ».
Clang paru navré. « Oui je sais c’est pas très équilibré ».
Samuz pris un air bête indescriptible. « Ouai, je vous suis supérieure de une contre trois ».
L’osa siffla entre ses dents « iopette arrogante ».
La iopette pris l’air le plus sérieux qu’elle pouvait, c'est-à-dire, un air idiot.
« Euh… je peux savoir pourquoi tu veux me voir disparaître ? »
Clang-Clang se gratta le front. A vrai dire il n’y avait pas vraiment réfléchit. Il sortit un parchemin, sembla le parcourir des yeux, puis s’approcha de la guerrière.
« Bin… je pige pas trop en fait. C’est marqué dans le scénario regarde. »
L’explication sembla la satisfaire.
« Ah, ok. Bon sortez vos armes. »
Les agresseurs ne se firent pas priés. Samuz aimait particulièrement se faire agresser le soir dans les rues et se battre joyeusement sous la lumière blafarde d’une lanterne. Chacun ses petits plaisirs.
Le fouet de Clang-Clang lui claqua devant le nez. Elle para un coup de bâton censé l’assommer et reconnu le propriétaire de l’arme qui n’était autre que Hanayis, une fameuse fecatte, connue pour sa stupidité presque aussi importante que celle de Samuz.
La iopette fit une triple pirouette en arrière mais se manqua à la reception, ecrasant le pied du troisième assaillant.

« Oups, pardon »
L'ecaflip hurla et sautilla en se tenant la patte à deux pattes. Enfin le pied à deux mains.
« Roh ça va hein ! Je ne suis pas si lourde ! » fit Samuz un brin vexée alors que l’éca soufflait sur sa patte blessée.

Clang-Clang joua habillement de son fouet et déboutonna quelque peu la tunique de sa cible. Pour ne pas choquer de jeunes lecteurs, l’auteur ne détaillera pas plus la partie du corps ainsi dévoilée. Samuz s’accroupit pour refaire un lacet défait à sa botte, même si :
1) Elle ne sait pas faire de nœud
2) Elle n’a pas de lacet à ses bottes

Cette réaction inattendue dérouta la fecatte qui la chargeait et qui, entraînée par sa course, bascula par-dessus la iopette et se mangea le sol pavé. Il ne restait plus que Clang Clang encore debout. Samuz se rendit compte qu’elle ne pouvait pas refaire son lacet imaginaire et se releva, regardant avec étonnement Hanayis étalée au sol.

Un vent surnaturel se leva, jouant dans les cheveux de la iopette et faisant éternuer l’Osa. Celui-ci renifla, visiblement enrhumé avant de dire d’un air grave :

« L’un de nous deux est de trop ici »

« euh pourquoi ? » Clang-Clang leva les yeux au ciel et sans répondre se rua vers son adversaire. Celui si se décala et se contenta de laisser sa jambe en croche pied. L’osa s’écroula, le souffle coupé. Il grommela et rechargea. Cette fois si, sa dague entailla la poitrine de la jeune femme qui regarda hébété le sang qui tachait désormais sa tunique.

« Hé ça fait mal ! Moi je joue plus ! »

Elle fit demi tour et rangea son épée. Clang la regarda partir, haussa d’abord les épaules, mais se souvint du scénario et invoqua un tofu qui partit, telle une fusée, vers la iopette.

-----------------

Le Wagon transforma les planches en brindille à son passage. Imam, le chapeau de nouveau devant les yeux, eut une étrange sensation de vide. Le chariot dégringola dans un ravin… profond de trois mètres. Il rebondit une dizaine de fois -ce qui est un très bon score au ricochet de Wagon, une pratique certes, peu répandue, car inexistante- dans les landes de sidimotes. Imam avala de la poussière. Et le clint se posa comme une fleur à coté d’elle d’un air narquois. Prenant mal ce petit sourire mesquin que semblait avoir le chapeau, la vieille enutrof sauta à pieds joints dessus de façon répétitive.

Une fois le cadavre de sa victime rendu méconnaissable, Imam se remit en route dans cet environnement hostile et peu engageant. Devant elle, des hectares et des hectares de terres désolées, brûlées s’étendaient. Mais à l’horizon, on pouvait distinguer la silhouette des remparts de la ville de Brakmar. Elle prit cette direction.

Vu que la marche est longue, je propose que nous fassions un saut à quelques centaines de kilomètres de là, dans un bar sur pandala. Vodkawaza terminait son énième bière de la soirée. Ivre mort sur le comptoir, il avait des hallucinations qu’il ne vaut mieux pas décrire. Il eut également une idée de génie, révolutionnaire. Mais nous n’en sauront pas plus. D’ailleurs, il l’oublia bien vite, sombrant dans un sommeil éthylique qui le rendrait totalement amnésique sur les événements des dix dernières heures. En clair, il est totalement inintéressant de parler de lui… revenons à notre mouton.

Mouton qui marchait toujours. Un pas devant l’autre, de plus en plus difficilement. Elle se remémora l’histoire de deux xelors, devant traverser eux aussi des plaines désolées pour détruire un agneau maléfique en le faisant cuire dans une montagne ou un truc du genre.

Après de longues heures de marches insoutenables, elle arriva aux portes de Brakmar. Là, un petit vendeur d’eau se tenait derrière une sorte de stand. Il héla la vieille femme.

« Eh vous ! Vous venez de traverser les landes ? Vous avez soif hein ! Imam-Nord opina du chef. J’ai tout ce qu’il vous faut ! De l’eau Lettiv, de la casserola, de la Patois… Bien sûr c’est pas donné ! 800 kamas la gourde de 50 centilitres »

Imam sortit sa bourse et déposa assez d’argent pour payer trois bouteilles. Elle avait trop soif pour marchander. Mais elle jura quand même intérieurement contre ce rapace profitant des voyageurs. « Le monde actuel tourne vraiment qu’avec l’argent et le commerce… » se dit elle. Puis elle demanda à l’escroc à l’honnête marchand, si il n’avait pas aperçu ce magnifique fessier appartenant au docteur Franck.

Comble d’un heureux hasard qu’on ne trouve généralement que dans les mauvaises histoires, docteur Franck venait de passer par là il y avait à peine quelques minutes, se dirigeant vers le transporteur brigandin. Heureuse et souriant de toutes ses gencives, la vieille dame partit dans la même direction. Et elle rattrapa l’objet de sa quête qui venait de montrer dans le transport volant, machine qui semblait se mettre en route en vue d’un décollage.
Imam courut plus rapidement qu’il était enutroffement possible et bondit à l’intérieur du transporteur au moment où il quittait le sol.

Vision d’horreur pour le médecin qui eu comme premier réflexe de vouloir sauter. Mais le sol s’éloignait bien vite. Le brigandin regarda d’un air furieux l’enutrofette et montra la paume de sa main pour lui faire comprendre qu’elle devait payer le voyage. Mais Imam n’avait plus que deux gros cœurs à la place des yeux et ne voyait rien d’autre que docteur Franck. Celui-ci essayait d’échapper à sa poursuivante, montant sur la proue de l’engin. Ils se courrurent après pendant près d’une demie heure. Enfin Imam réussit à saisir le féca pour tenter de l’embrasser. Franck mit les mains devant son visage pour se protéger et recula, bousculant le pilote qui jura pour la 269 éme fois depuis le décollage. Mais la bousculade enclencha une manette à laquelle il ne fallait pas toucher. L’engin s’emballa et virevoltât, faisant des loopings et autres figures acrobatiques digne des plus grands meetings aériens. Puis il traversa la couche nuageuse et s’enfonça précipitamment dans les profondeur brumeuses… rapidement vers le sol.


-----------------

« Bienvenue au paradis des iopettes. »

Samuz regarda autour d’elle. Tout était blanc, voir plus blanc que blanc. Encore plus blanc que dans les publicités mensongères pour lessive. Devant elle se tenait une iopette. Elle ressemblait étrangement à Youshie. Et à bien y regarder, à Eva giles, ainsi qu’a Alice-sonne… en fait, elle ressemblait à toutes les iopettes comme toutes les iopettes se ressemblent entres elles.
« Quoi ? » Répondit enfin Samuz.
« - Je suis ici pour t’accueillir parmi nous, continua la iopette d’une voix mélodieuse.
-Mais qu’est ce que c’est que cet endroit ? Questionna la guerrière.
-Tu es effrayée ? C’est normal… Tenta de rassurer l’autre.
-Une iopette n’a jamais peur ! fit fièrement Samuz.
-Tu es au paradis des iopettes car tu es morte stupidement… Regarde. »

Elle fit un grand geste du bras et dévoilà une sorte de tablette noire et lisse, sur laquelle il y avait un autographe de Philippe®, qui s’anima. On pouvait voir Samuz, marchant tranquillement. Puis hurlant lorsqu’un tofu apparu devant elle, lui tirant la langue. Tout le monde sait que Samuz est allergique à ces petites bêtes et qu’elle les redoute donc énormément. Faisant preuve d’un réel courage, elle dégaina son épée et tenta un coup que la bestiole jaune évita aisément, collant un coup de bec sur le crâne de la jeune fille –il en résulta un étrange son creux, comme quoi, les tofus sont bien vides à l’intérieur- celle-ci leva son arme, un peu trop, poussa malencontreusement une échelle qui bouscula un pot de fleurs. Celui-ci chuta sur une planche. A l’autre bout de la planche se tenait le tofu qui s’envola, catapulté par le poid du pot. Il se retrouva à la hauteur d’une caisse suspendue par une corde, qu’il trancha sans scrupule avec son bec coupant. La caisse chuta sur Samuz. Boîte remplie de plumes de tofus. Déjà assommée par le choc, la iopette fut achevée par son allergie aux plumes de cette racaille jaune. Ainsi finit la glorieuse vie de Samuz.

La tablette redevint noire.
« -Tagaïop à toi ma sœur, fit la iopette.
- Hein ? répliqua Samuz ahurie
- Ici c’est le voeu de bonne santé et de bonheur.
- Ah, et bah Tagaïop aussi...
- Tu pourras goûter au repos éternel ici.
- Mais qu’est ce que je vais faire toute la journée ? demanda Samuz embarrassée.
- Et bien, tu peux te rouler dans de la lingerie. Tu peux faire l’amour toute la journée sans jamais être fatiguée.
-Mais c’est délire !
-Ici, tout le monde est aussi bête, il n’y a que des iopettes.
- J’hallucine ! »

Samuz regarda par-dessus l’épaule de son interlocutrice et vit des nabots plus loins.

« - Et les xelors là bas ? demanda t’elle
- Ah… Les xelors. Et bien tu peux les frapper ou encore t’essuyer avec leurs bandelettes. Ils sont là pour ça.
- Je sens que je vais me plaire ici… »

C’est ainsi que Samuz rejoignit le paradis des iopettes, menant une mort orgasmique, stupide et violente, nabotiquement parlant.

NB : L’auteur tient à préciser que toute ressemblance avec une œuvre déjà existante serait bien entendu fortuite et ne relèverait pas de sa responsabilité !

-----------------


Dernière édition par le Mar 9 Oct - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tuk-Teufti

avatar

Nombre de messages : 535
classe : Sacrieur
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Amour gloire et Xp dernier épisode.   Mar 9 Oct - 18:27

Je ne pense pas publier cet article, je t'en a déjà parlé, le journal n'est pas là pour faire passer des messages de ce genre. On en avais déjà parler a contre coups avec jujupsipsi.

Et ça sera la même chose entre les "guerres" entre guilde ou autre.

Si tu modifie vraiment les nom, pourquoi pas, si non, il restera là.

Désolé

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ravaljournal.1fr1.net
Samus

avatar

Nombre de messages : 272
classe : Iop
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: Amour gloire et Xp dernier épisode.   Mar 9 Oct - 19:12

Ok je comprend, même s'il n'y a rien que je trouve insultant. Vais changer Alma avec un autre Osa bien connu. Dommage pour Clang-Clang
tongue
Sauf si Amla me donne son accord mais faudrait il qu'il daigne répondre =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tuk-Teufti

avatar

Nombre de messages : 535
classe : Sacrieur
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Amour gloire et Xp dernier épisode.   Mar 9 Oct - 19:43

C'est vrai que j'avais pris "perver" pour quelque chose d'insultant, mais pour un osa, c'est en fait normal ^^

Peut importe, les deux noms en questions doivent etre modifié car il y a ou il y a eu conflit, et je ne veut pas que le journal soit vecteur de cela.

Merci a toi. Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ravaljournal.1fr1.net
Samus

avatar

Nombre de messages : 272
classe : Iop
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: Amour gloire et Xp dernier épisode.   Mar 9 Oct - 19:54

Han c'était pour pervers? oO Bah c'était plutôt un compliment ^^
Comme quand on me dit que je suis une andouille. Razz
Que je fass intervenir Alma se référe bien entendu à ce qui se passe entre moi et Amla. Je tourne juste la situation actuelle de façon humouristique voir débile. Et encore, Alma à le beau rôle! -Bah vi il tue la bête Rolling Eyes - En fait, ça devrait plaire à Amla ^^

Pour l'autre pseudo... je verrai si je le change. Faut que je trouve une autre fecatte dans mes connaissance. scratch

Edit: C'est fait :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samus

avatar

Nombre de messages : 272
classe : Iop
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: Amour gloire et Xp dernier épisode.   Ven 19 Oct - 21:50

Je met ici la dernière parie d'AG&XP. Je peux pas le rajoter au précédent, apparament c'est trop long ^^"

Citation :
Les vagues léchaient ses pieds désormais nus. Imam-Nord reposait inconsciente sur une plage, la carcasse enflammée et éventrée de l’engin volant lamentablement écrasé quelques mètres plus loin.

Franck ouvrit les yeux. Il était couché dans une forêt à première vue tropicale. Son regard se posa sur un chienchien en train de le regarder. Celui-ci aboya puis disparu en direction du rivage.
Sa tête semblait vouloir exploser. Ses esprits revenaient petit à petit. Déboussolé, il se releva, chancelant. Il se remémora le crash. Ses instincts de médecin reprenant le dessus, il bondit vers la plage pour porter secours aux éventuels survivants.

Il trouva l’enutrofette, toujours assommée, et s’accroupit à coté d’elle pour vérifier son état de santé. A cet instant, le pilote s’extirpa des décombres en titubant.
Les pales de l’hélice servant à propulser l’engin tournaient toujours. Franck aperçu le pilote passer devant, désorienté. Il hurla pour le prévenir mais ce fut trop tard, le brigandin, happé par l’aspiration des pâles, fut comparable à un saucisson tranché en fines rondelles.

S’en suivit une formidable explosion réduisant le reste du transport à l’état de brindilles carbonisées. Franck protégea Imam du souffle de la déflagration avec son corps. Et ce fut à ce moment que la vieille peau se réveilla. Voyant son ange gardien contre elle, elle tenta de l’embrasser.

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le médecin se retrouvait déjà de l’autre coté de l’île, l’enutrofette à ses trousses.

Le temps passa inexorablement. L’île était dépourvue de la moindre civilisation en apparence. Le couple de robinsons s’était installé dans une cabane en haut d’un arbre solide. Quelques nomoons farceurs jouaient des tours malicieux volants des vêtements de fabrication artisanale ou des fruits durement récoltés. Imam avait adopté une petite nodkoko du nom de Ouilson et elles étaient désormais inséparables.

Un beau jour pluvieux, une femme de race indéterminée et à l’allure sauvage, apparu et leur tint des propos incompréhensibles :


« - Vous n’avez pas vu Les Autres ? Lança t’elle de but en blanc sans même se présenter.
- Les autres ? Interrogea Franck stupéfait par cette arrivée surprenante-
-Oui, je m’appelle Dagnail Rousso, Les Autres ont enlevé mon fils, il faut que je le retrouve ! C’est lui qui a les clefs de la maison.
»

Puis elle disparut sans même attendre une réponse. Il y eu d’autres visites originales comme l’arrivée d’un bus de touristes squattant la plage pendant près d’une semaine. Franck se réveilla un jour aux cotés d’un ours blanc qu’il chassa à grand coup de savates.

Un an, trois mois, dix jours, cinq heures et soixante-dix-huit minutes exactement après le crash, les deux personnages en rencontrèrent un troisième. D’une grande taille, il portait les vêtements traditionnels des mages et une coiffe ridicule en forme de cornes de chef de guerre bouftou. Debout sur un python rocheux, il s’exerçait à lancer des boules de feu sur des pauvres rochers. Puis il se téléporta devant nos deux héros.


« Qui es tu toi qui commande le feu sans pierre ni amadou ? » demanda Franck avec un étrange accent anglais qu’il n’avait pas auparavant.
L’homme le regarda un instant avant de répondre qu’il était un enchanteur. Imam et le médecin se regardèrent perplexes. Puis, toujours avec son horrible inflexion, il voulut savoir son nom.

« Certains m’appellent… »

(Hrp : Pause Pipi pour l’auteur)

« - …Tim !
- Connaîtrais-tu un moyen de quitter l’île sans faire de radeau car j’ai le mal de mer et… »
Le mage le coupa :
« Il y en a un. Une grotte, passant sous la mer. Mais l’entrée est gardée par une créature, à laquelle aucune personne n’a encore réussi à échapper. Les ossements de 50 victimes en parsèment les abords. Aussi, si vous doutez de votre vaillance, renoncez car la mort vous attend… »

Franck gonfla la poitrine pour montrer qu’il n’avait pas peur.

Peu de temps après, le groupe, caché derrière des rochers, contemplait l’entrée de la grotte.
Un tiwabbit jouait avec un morceau de cawotte innocemment.


«- Le voilà …
- Où ? Questionna Imam en scrutant la caverne.
- Là !
- Derrière le tiwabbit ?
-C’est le tiwabbit. »

Imam se releva de toute sa taille, ce qui n’était pas une tache très difficile. Elle se mit à rire au nez de l’enchanteur.

« - Sacré farceur !
- Quoi ? demanda le sorcier stupéfait
- Tu m’as bien fait peur avec ton histoire !
- Ce tiwabbit n’est pas comme les autres. Il est plus sournois, cruel et irrascible que le plus néfaste des wo Wabbit. Il massacre sa victime en 5 secondes. C’est un tueur. »

Franck s’élança vers la petite créature sans plus attendre.

Les mouettes s'envolèrent, affolées par le cri orgasmique sorti tout droit des tréfonds d'un bosquet. Un Moon souleva du bout de sa patte un soutien-gorge qui avait été abandonné sur une branche. Il le renifla et partit en quatrième vitesse, apeuré par l’odeur.
Imam-Nord, nue, sortit du bosquet suivie par Franck, un bras et une jambe dans le plâtre. Condamné à rester sur cette île car ne pouvant vaincre le terrible tiwabbit, il s’était résigné à prendre Imam-Nord pour épouse. Morale de l’histoire : Quand le désespoir est grand, l’amour est plus fort que tout ! (Même plus fort que la gloire et l’xp)

Et ils vécurent heureux et élevèrent beaucoup de Nomoons.



FIN

Ah..; pour les fans de Tim, personne ne sait ce qu'il est devenu. En fait si... l'auteur le sait mais à la flemme de le raconter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Amour gloire et Xp dernier épisode.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Amour gloire et Xp dernier épisode.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amour, gloire et... Couvent ?
» Dégustation d'un Pétrus dernier épisode
» [Vidéo] Hero Factory épisode 10
» Vampire en avril
» [RP]Lily-Jane « Le Retour » (saison 2, épisode 3)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empreinte Du Craqueleur :: La Rédaction :: La pré-sculpture :: Numéros précédents / Archive :: Bureaux (effondrés) des journalistes :: Bureau de Samus-
Sauter vers: